Portrait

 


Il n'est jamais facile de parler de soi.
Entre une maman "Normande" et un papa "chti", ma vie a été celle d'une nomade pendant de nombreuses années.
Après une adolescence passée en banlieue parisienne, mes parents amoureux de la méditerranée et des montagnes varoises, nous sommes "descendus dans le midi".
Depuis 1997, je vis dans une région où la nature est somptueuse,l'Ariège, portée par une histoire riche en évènements (comme la croisade contre "les Albigeois"). La vie y a conservé une certaine qualité.... La nature y est grandiose, les estives vous réservent d'agréables surprises, au détour d'un virage, les mérens cotoient les vaches en toute liberté.
Ma plus belle réussite, sont mes trois enfants. Mes deux adorables bichons maltais, les "jumeaux" comme on les appellait, sont deux boules de tendresse et de vitalité, qui pendant 14 années nous ont accompagné.


Après un bac littérraire, je suis entrée à l'université de Paris XIII pour étudier le Droit, et me spécialiser par la suite dans les procédures judiciaires en suivant les cours de l' Ecole Nationale de Procédure (les voies d'exécution). A l'époque de l'affaire du sang contaminé, je travaillais dans un Cabinet d'Avocats, et les drames engendrés par cette triste affaire avec la fameuse parole "responsable mais pas coupable" restera à tout jamais dans les mémoires.
Pour moi, les relations humaines sont primordiales. J'ai rejoint les restos du coeur pendant deux campagnes d'hiver à Meaux. Les bénévoles y fournissent un travail gigantesque. Coluche ne pensait certainement pas que si longtemps après sa création, les restos du coeur seraient toujours là plus de vingt après, avec un accroissement de la précarité.
Alors pour évacuer le stress à cette époque là, je pratiquais la peinture sur soie ou sur bois. Maintenant, je suis accro à PSP et tant que le plaisir de créer est présent, je pourrais vous offrir mes créations.
Actuellement je travaille pour l'Education Nationale, auprès des enfants en situation de handicap. Si les déclarations d'intention pour aider, intégrer les enfants en difficulté, sont louables, malheureusement les moyens financiers ne sont pas à la hauteur des déclarations. Plus de 10 ans après, la précarité des AVS est toujours le point noir de ce ce métier. Il serait grand temps que les actes suivent les paroles, que notre travail soit reconnu comme un véritable métier au sein du système éducatif dans son ensemble, pour son bon fonctionnement.
Le monde change vite, mais certaines valeurs demeurent nécessaires. Si les parents, ceux qui interviennent les premiers auprès de l'enfant agissent dans son intérêt , alors son développement sera harmonieux. De ma maman, je garde d'elle le souvenir d'un parent dévoué à la famille, le lien central. Hommage à maman, toujours dans mon coeur après tant d'années...
maman 

Créations Yvette  

 

J'ai gardé un souvenir inoubliable, de mes années passées dans le var, et plus précisément à la bouverie, c'était dans les années 1970, un havre de verdure qui sentait bon le pin parasol bercé par le bruit des cigales.

le club    
maison de mes parents

 

- Accueil -  


 




  Chamminou vous invite et Juste pour toi